Showing 258 results

Authority record

Colonna, Fanny

  • Person
  • 1934-2014

En 1967 Fanny Colonna entre au CNRS comme ITA au CRAM (Centre de Recherches sur l’Afrique Méditerranéenne) dirigé par Paul-Albert Février. C’est là qu’elle écrit , en marge d’activités documentaires et administratives, deux mémoires de DES en Histoire dirigés par P.-A Février et Mouloud Mammeri, soutenus à Alger en 1967. Elle est retenue au concours comme attachée de recherche au CNRS en 1969 (Pierre Bourdieu, Germaine Tillion). En 1970, elle soutient sa thèse de troisième cycle dans le cadre du CERDES à Alger (Centre d’études, de recherches et de documentation en sciences sociales), dirigée par Pierre Bourdieu; ce centre, rattaché à l’Institut d’Etudes politiques d’Alger était dirigé par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron. Après une enquête de sociologie historique (sa thèse qui sera publiée en 1975), elle est à la recherche d’un nouveau terrain et d’une communauté scientifique en Algérie, elle est alors affectée au CRAPE (laboratoire de préhistoire et anthropologie) à Alger dirigé par Mouloud Mammeri, collaboration qui durera 10 ans. Entre 1973 et 1980, elle fait des séjours réguliers au Centre de Sociologie européenne dirigé par Pierre Bourdieu à Paris. Dans les années 80 elle collabore avec l’URASC à Oran (Unité de Recherche en Anthropologie sociale et culturelle), dirigée par A. Djeghloul, jusqu’en 1988. En 1985, elle est affectée en parallèle au GSPM (Groupe de sociologie politique et morale) créé par Luc Boltanski à Paris. En 1987, elle obtient son habilitation à diriger des recherches (Bourdieu, Arkoun, Gellner, de Fouchécourt, Benachenou). En 1990, lors de la création du département de Berbère à Tizi-Ouzou, elle y assume la direction des études et des enseignements de sociologie. En 1997-1998, elle est affectée de façon temporaire au CEDEJ (Le Caire). En 1998, elle rejoint le LAMES à la MMSH jusqu’à sa retraite. Au cours de deux cycles d'éméritat (2000-2005 et 2005-2010), elle poursuit son implication dans la recherche et dans la direction de thèses .

Bonète, Yves

  • FRMMSH13_MED_PERS_0001
  • Person
  • 1925-....

Yves Bonète est né le 5 novembre 1925 à Alger. Il reçoit d’abord une formation d’ingénieur des travaux publics de l’Etat. En 1952, sa véritable vocation le pousse vers une activité d’aide et d’assistance à des travailleurs, comme des artisans, rencontrant des difficultés dans leur profession. Lucien Golvin le nomme au poste de Chef de circonscription artisanale de Laghouat (Algérie). A partir de 1960, date de la coupure administrative Algérie-Sahara, il exerce la fonction de Chef de service de l’artisanat jusqu’en octobre 1962. Au cours de cette décennie passée au Sahara, il constitue la documentation photographique déposée à la Médiathèque de la MMSH. Il étudie pendant cette période une fraction de tribu de pasteurs nomades (Larbaa), étude pour laquelle il obtient un doctorat de troisième cycle de Géographie humaine en 1962. Il écrit des articles dans la revue Les Cahiers des arts et techniques d’Afrique du Nord. A son retour en France, il a une activité pour le Bureau international du Travail jusqu’en 1985, date à laquelle il prend sa retraite.

Henry, Jean-Robert (1943-....)

  • FRMMSH13_MED_PERS_0002
  • Person
  • 1943-....

Jean-Robert Henry, est chercheur retraité à l'Institut de Recherches et d'Etudes sur le Monde arabe et musulman (IREMAM-MMSH) à Aix en Provence. Il a étudié et enseigné à la Faculté de Droit d’Alger entre 1963 et 1977, puis assuré des enseignements sur la Méditerranée à l’Institut d'Etudes Politiques (I.E.P.) d’Aix-en-Provence à partir des années 1990 et à l’EHESS. Titulaire d’une thèse en droit international et formé à la recherche africaniste, il a mené des recherches pluridisciplinaires sur les relations méditerranéennes et euro-maghrébines, et sur l’histoire politique, juridique et culturelle de l’Algérie. Fonctions passées ou présentes : enseignant à la Faculté de Droit d’Alger de 1967 à 1977 ; chercheur au Centre de Recherches et d'Etudes sur les Sociétés méditerranéennes (C.R.E.S.M.), puis à l’IREMAM, CNRS et Universités d’Aix-Marseille) depuis1979, ancien directeur-adjoint du laboratoire ; ancien membre du Comité national de la recherche scientifique (1987-1995 : sections 37, 49 ; 36, 42, président de la Commission Valorisation de la recherche) ; président de l’association "Mémoires méditerranéennes" jusqu’en 2015 ; enseignant à l’IEP d’Aix, fondateur du cours “Relations méditerranéennes”; chargé de conférences à l'EHESS (1999-2001) ; membre des Comités de rédaction de Hermès, de L’Année du Maghreb et du Comité scientifique de Insaniyat (Oran) ; membre de la Commission française pour l’UNESCO de 1996 à 2001 ; directeur de recherches émérite au CNRS de 2009 à 2014, il reste associé aux recherches de l’IREMAM ; président du Comité scientifique du projet de Musée d’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier (2012-2014). Il a notamment étudié les rapports entre les Occidentaux et les Orientaux à la période coloniale, à travers la littérature ou l'iconographie. Ses recherches ont été publiées dans des articles ou au sein d'ouvrages collectifs, mais il a aussi organisé des colloques et des expositions, dont une sur « L'Algérie et la France », en 2003 aux Archives d'Outre-Mer et collabore aujourd’hui avec le Musée national de l’Education de Rouen pour une exposition.

Untitled

Fatima Al-Baydani-Alzawiya, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, en formant de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. Ses travaux et études l’ont amenée à collaborer avec plusieurs institutions culturelles et scientifiques, dont le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, le FSD (Fonds social de développement au Yémen) et l’Ecole normale supérieure à Paris. En 2001, elle a créé une association culturelle nommée « Meel al-Dhahab », qui est le nom du bâtonnet pour appliquer le khol, en référence à la beauté féminine, puis renommée « Aydanout », en 2014, c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani-Alzawiya a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages. Actuellement, Fatima Al-Baydani-Alzawiya travaille sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen. Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.

Untitled

Fatima Al-Baydani-Alzawiya, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, en formant de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. Ses travaux et études l’ont amenée à collaborer avec plusieurs institutions culturelles et scientifiques, dont le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, le FSD (Fonds social de développement au Yémen) et l’Ecole normale supérieure à Paris. En 2001, elle a créé une association culturelle nommée « Meel al-Dhahab », qui est le nom du bâtonnet pour appliquer le khol, en référence à la beauté féminine, puis renommée « Aydanout », en 2014, c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani-Alzawiya a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages. Actuellement, Fatima Al-Baydani-Alzawiya travaille sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen. Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.

Results 51 to 60 of 258