Showing 2 results

Archival description
Advanced search options
Print preview View:

2 results with digital objects Show results with digital objects

Les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène : entretiens avec des Français expatriés en 1975

  • FR-130019801 MMSH-IREMAM-phono-METR
  • Fonds
  • 1975

Du mois de janvier au mois de mai 1975 auprès des français installés à Beyrouth (Liban), Jean Métral s’investit dans un projet de thèse d’Etat en sociologie, sur le thème "Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène". Il est alors Maître assistant à l’université de Lyon, détaché depuis 1969 à l'École Supérieure des Lettres de Beyrouth (ESL) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Il enregistre 71 enquêtes dont 62 ont été conservées. Ses travaux seront interrompus par l’éclatement de la guerre civile au Liban en avril 1975. Pour son travail sur le terrain, Jean Métral est accompagné de Françoise Métral, alors chargée de cours d’anthropologie à l’ESL, et d'Alain Battegay, en coopération auprès de l’Université Libanaise. Ces entretiens s’inscrivaient dans une recherche plus large qui devait articuler trois approches chronologiques. Tout d’abord, une approche quantitative, réalisée en 1974 avec un traitement statistique de 8000 fiches de français inscrits au consulat. Les fiches avaient été transmises à la Direction de la Statistique Libanaise mais leurs bureaux ont été brûlés et les documents ont été détruits. Puis, une approche qualitative (l’objet de ce corpus) a été réalisée, les témoins avaient été sélectionnés à partir des premiers résultats statistiques. Plusieurs catégories socio-professionnelles sont vraisemblablement enregistrées de janvier à mars 1975 : acteurs du domaine culturel, de la communication et des médias, français expatriés travaillant dans le domaine médical ou technico-commercial, directeurs d’institutions françaises... Le troisième axe, qui concernait l’étude des institutions françaises au Liban, n’a été qu’ébauché. Chaque entretien individuel, préparé en amont par l’ensemble des enquêteurs, est mené en présence de deux enquêteurs dont sont relevés, dans les fiches enquêtes, le ou les noms entendus durant l’enregistrement. De fait, chaque entretien individuel se déroule en trois temps. L’entretien débute par une présentation de l’état civil, du parcours et des intérêts qui ont conduit l’informateur à Beyrouth. Ensuite, l’informateur est interrogé sur l’environnement socio-professionnel qu’il fréquente et sur sa représentation des rapports entre la communauté francophone présente dans le pays, la France et le Liban. L’entretien s’achève par un échange moins directif où l’informateur est invité à s’exprimer plus librement sur un sujet abordé pendant l’entretien ou sur un sujet qui n’aurait pas été abordé.

Métral, Jean

Fonds mémoires universitaires de la MMSH - Archives sonores en lien avec le mémoire de master de Sandrine Marrou : Témoignages d'appelés en Algérie résidant en Midi-Pyrénées

  • FR-130019801
  • Subfonds
  • 1999

Sous la direction de Robert Ilbert en 1999, Sandrine Marrou rédige un mémoire de maîtrise d’histoire intitulé “Mémoires d’appelés en Algérie : Seize témoignages en Midi-Pyrénées”. Son travail propose une approche de la compréhension du refoulement dont est victime l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne, notamment par ceux qui l’ont faite. Le choix d’enregistrer des témoins, s’est imposé à Sandrine Marrou selon une conception de l’histoire où la source orale du témoin fait l’histoire. Le corpus de son mémoire était composé de 17 témoignages anonymisés dont un n’a pas été utilisé, étant celui d’une personne née en Algérie. Ces mémoires individuelles collectées concernent d’anciens appelés et deux font partie des « rappelés » puisqu’ils avaient déjà fait leur service militaire. Le corpus est hétérogène et couvre géographiquement plusieurs lieux, des durées variables et des corps d’armée différents. L’année du départ des informateurs pour l’Algérie est également très variable (de 1955 à 1961) et aucun témoignage ne concerne la démobilisation de l’été 1962. Dans l’objectif du dépôt à la phonothèque de la MMSH, Sandrine Marrou a rédigé une annexe complète sur la méthode d’histoire orale et, en particulier, sur l’élaboration de la grille d’entretien, la recherche des informateurs, la cohérence du corpus et deux transcriptions y sont incluses. Le choix de ses informateurs s’est fait par le réseau de connaissances de l’enquêtrice (les rapports familiaux ou amicaux sont à l’origine du tutoiement dans certains enregistrements). L’enregistrement avait lieu au domicile des informateurs (sauf pour une personne qui s’est déplacée.) Au préalable, le contact avait été pris par téléphone et la permission d’enregistrer demandée avant chaque entretien. La grille d’entretien était organisée selon un plan chronologique (départ, arrivée, en Algérie, retour et présent) et les témoins enregistrés en avaient connaissance avant de prendre la parole. Le fonds déposé à la phonothèque contient 12 entretiens (sur les 17 du mémoire), tous enregistrés dans le sud-ouest de la France, principalement en Tarn-et-Garonne, entre 1998 et 1999. La qualité des enregistrements est bonne, la plupart des informateurs s’exprime avec un accent régional. La durée des fichiers son va d’une trentaine de minutes à 1 heure 30. Les témoignages sont anonymisés et chaque enregistrement restitue une parole unique sur l’expérience de la guerre d’indépendance algérienne.

Phonothèque de la MMSH - USR 3125