collection MMSH-IREMAM-phono-METR - Fonds Jean Métral : les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène. Entretiens avec des Français expatriés en 1975

Zone d'identification

Cote

MMSH-IREMAM-phono-METR

Titre

Fonds Jean Métral : les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène. Entretiens avec des Français expatriés en 1975

Date(s)

  • 1975 (Production)

Niveau de description

collection

Étendue matérielle et support

Le fonds "Métral" comporte en tout 36 supports (bandes analogiques) représentant 61 unités de description.

Zone du contexte

Nom du producteur

Notice biographique

En 1975, Jean Métral est Maître assistant à l’université de Lyon, détaché depuis 1969 à l'École Supérieure des Lettres (ESL de Beyrouth) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Du mois de janvier au mois de mai 1975, il s’investit dans un projet de thèse d’Etat en sociologie, sur le thème "Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène". Le travail de terrain est mené en collaboration avec Françoise Métral est alors chargée de cours d’anthropologie à l’ESL, et Alain Battegay de l’Université Libanaise.

Nom du producteur

Notice biographique

Nom du producteur

Notice biographique

Histoire archivistique

Le corpus est contextualisé par un entretien auprès de l'épouse (veuve) de Jean Métral, Françoise Métral, écoutable en ligne : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-5330. Cette enquête, enregistrée en mai 2013 par Delphine Gillain est accessible sur la base Ganoub : Co-auteure du corpus « Les Français au Liban après 1945, une minorité allogène », Françoise Métral parle des recherches menées par son époux, le chercheur en ethnologie et sociologie, Jean Métral. Dans un premier temps, l’informatrice retrace le parcours dans les sciences sociales de son époux, puis le sien en ethnologie, jusqu’à leurs recherches dès 1968, ensemble, au Moyen-orient. En 1974, Jean Métral met en place pour la première fois à l’École supérieure des lettres de Beyrouth au Liban (l'ESL où il enseigne avec Françoise Métral), une formation diplômante en sociologie. L’informatrice revient sur les tensions sociopolitiques et culturelles du Liban à cette période qu’elle décrit dans une perspective post-coloniale, où selon elle, la langue et la culture française représentaient les formes d’une domination. Après avoir mentionné les réflexions des enseignants de l’ESL concernant leur rôle dans la libanisation et l’autonomisation des futurs cadres libanais, elle parle des recherches menées par Claude Dubar et dirigées par Jean Métral sur les classes sociales et qui ont valu à ce dernier de violentes critiques. Interrogée sur les procédés de recherche pour le projet de thèse de Jean Métral, l’informatrice situe les enquêtes auprès des Français expatriés au Liban dans le contexte de la guerre civile qui a éclaté en 1975. Sur une recherche réalisée en trois étapes (le dépouillement des fiches des Français expatriés au Liban, les entretiens individuels ou en couple avec ces derniers, et enfin, l'étude des institutions françaises au Liban), elle mentionne la destruction de la première partie de leurs recherches en septembre 1975 et l’abandon de la troisième partie dès juin 1975. Elle décrit ensuite en détail la deuxième partie des recherches et les méthodes d’enregistrements sonores avec l’aide d’Alain Battegay, alors coopérant à l'Université Libanaise rattaché à l'université de Lyon : les personnes rencontrées (dont elle réalise des portraits), leurs prises de notes durant chaque entretien. L’informatrice évoque le dépôt de ses archives en 2013 à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Puis, elle parle des souvenirs qu’elle a de son ami Michel Seurat qu’elle a connu au Centre de recherches et d’études arabes (CREA) de Beyrouth. Elle mentionne avoir gardé globalement peu de contacts avec les témoins enregistrés en 1975. L’informatrice est invitée à s’exprimer au sujet de la désanonymisation entreprise au moment du traitement des archives sonores, enregistrées à l’origine de manière anonyme. A la fin de l’entretien, la chercheuse évoque la représentation qu’elle garde d’elle-même en tant que française expatriée au Liban en 1975.

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Dépôt des archives à la phonothèque de la MMSH par France Métral, veuve de Jean Métral, en 2013.

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

Du mois de janvier au mois de mai 1975 auprès des français installés à Beyrouth (Liban), Jean Métral s’investit dans un projet de thèse d’Etat en sociologie, sur le thème "Les français au Liban depuis 1945, une minorité allogène". Il est alors Maître assistant à l’université de Lyon, détaché depuis 1969 à l'École Supérieure des Lettres de Beyrouth (ESL) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Il enregistre 71 enquêtes dont 62 ont été conservées. Ses travaux seront interrompus par l’éclatement de la guerre civile au Liban en avril 1975. Pour son travail sur le terrain, Jean Métral est accompagné de Françoise Métral, alors chargée de cours d’anthropologie à l’ESL, et d'Alain Battegay, en coopération auprès de l’Université Libanaise. Ces entretiens s’inscrivaient dans une recherche plus large qui devait articuler trois approches chronologiques. Tout d’abord, une approche quantitative, réalisée en 1974 avec un traitement statistique de 8000 fiches de français inscrits au consulat. Les fiches avaient été transmises à la Direction de la Statistique Libanaise mais leurs bureaux ont été brûlés et les documents ont été détruits. Puis, une approche qualitative (l’objet de ce corpus) a été réalisée, les témoins avaient été sélectionnés à partir des premiers résultats statistiques. Plusieurs catégories socio-professionnelles sont vraisemblablement enregistrées de janvier à mars 1975 : acteurs du domaine culturel, de la communication et des médias, français expatriés travaillant dans le domaine médical ou technico-commercial, directeurs d’institutions françaises... Le troisième axe, qui concernait l’étude des institutions françaises au Liban, n’a été qu’ébauché. Chaque entretien individuel, préparé en amont par l’ensemble des enquêteurs, est mené en présence de deux enquêteurs dont sont relevés, dans les fiches enquêtes, le ou les noms entendus durant l’enregistrement. De fait, chaque entretien individuel se déroule en trois temps. L’entretien débute par une présentation de l’état civil, du parcours et des intérêts qui ont conduit l’informateur à Beyrouth. Ensuite, l’informateur est interrogé sur l’environnement socio-professionnel qu’il fréquente et sur sa représentation des rapports entre la communauté francophone présente dans le pays, la France et le Liban. L’entretien s’achève par un échange moins directif où l’informateur est invité à s’exprimer plus librement sur un sujet abordé pendant l’entretien ou sur un sujet qui n’aurait pas été abordé.

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Les enregistrements du fonds ont été numérisés en mars 2013.

Accroissements

Fonds clos

Mode de classement

Un corpus.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

En partie en libre accès, en fonction des contrats d'utilisation signés avec les informateurs retrouvés. Contrat d'utilisation signé avec France Métral.

Conditions de reproduction

CC-BY-NC (en partie). Toute exploitation particulière sera soumise à l'accord de France Métral.

Langue des documents

  • français

Écriture des documents

Notes sur la langue et l'écriture

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Enregistrements sonores conservation au format Wave (44.1khz/16bits) et MP3 pour la diffusion.

Instruments de recherche

La notice fonds en ligne sur la base de données Ganoub renvoie vers les notices du corpus et les enregistrements pour lesquels un contrat d'utilisation et de diffusion a été signé : http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?aloId=11484&page=alo&fonds=&nat=3&cid=258

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme - MMSH (USR3125) Aix-Marseille Univ, CNRS

Existence et lieu de conservation des copies

Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme - MMSH (USR3125) Aix-Marseille Univ, CNRS

Unités de description associées

Cette collection contient 61 entretiens traités sur la base Ganoub de la phonothèque de la MMSH et un entretien complémentaire auprès de France Métral contextualisant le projet de recherche : Une enseignante du Collège protestant français de Beyrouth (Liban)attachée à la culture libanaise, parle des rapports individuels entre les Français et les Libanais - Un chroniqueur et conseiller sportif franco-libanais s’exprime au sujet de la communauté française établie depuis longtemps au Liban - Une française expatriée à Beyrouth (Liban) discute en 1975 de l'enseignement de la langue française qu'elle donne depuis 2 ans au Collège protestant français - Un couple français dont la femme a des origines libanaises, débat de la présence française à Beyrouth (Liban) - Récit de vie d'une enseignante de français au Collège Protestant Français de Beyrouth (Liban) en 1975 - Entretien avec un employé de la Mission culturelle française de Beyrouth (Liban), d'origine française et âgé de 52 ans en 1975 - Entretien enregistré en 1975 avec un couple d'enseignants français expatriés depuis 3 ans et installés récemment au Liban - Entretien avec un homme d’affaires franco-libanais sur le déclin des coopérations bilatérales (France/Liban) à Beyrouth en 1975 - En 1975, un jeune professeur d’histoire s'exprime sur la question de son enseignement et en particulier de celui dispensé à l’École supérieure de lettres de Beyrouth (Liban) - Un enseignant expatrié français depuis 7 ans et arrivé depuis 4 mois à Beyrouth, parle des relations franco-libanaises au Lycée franco-libanais de Beyrouth (Liban) - Un ancien « chef de section de psychologie » de l'École Supérieure des Lettres de Beyrouth (Liban) s’exprime en 1975 sur la politique culturelle de l’établissement universitaire - Un ingénieur de l’industrie pharmaceutique Rhône-Poulenc, muté depuis 3 ans à Beyrouth (Liban), parle de ses relations avec la communauté libanaise en 1975 - Expatrié depuis 10 ans et installé depuis 5 mois et demi à Beyrouth (Liban), l’adjoint directeur commercial pour les pays du Moyen-Orient de Renault, s’exprime sur les relations de la filiale française avec les importateurs libanais - Un journaliste professionnel français de la dernière antenne de l’Office de radiodiffusion-télévision Française établie à Beyrouth (Liban) en 1975, parle de la censure exercée en particulier par l’Agence nationale d'information libanaise - Un cadre au Crédit Lyonnais et son épouse, ayant l’expérience de l’expatriation depuis leurs enfances, s'expriment sur les rapports entre l’occident et l’industrialisation du Liban en 1975 - Un ingénieur technico-commercial et responsable commercial des ventes de la filiale Air Liquide SOAL en 1975, parle de ses relations professionnelles depuis son retour à Beyrouth (Liban) il y a 2 ans et demi - En 1975, une directrice de l’école d’infirmière de Beyrouth, originaire de Marseille, fait le récit des dix années de son environnement professionnel au Liban - Un directeur des ventes d’une société de courtage en livres fait le récit de sa vie professionnelle à Beyrouth en 1975 - Un français expatrié depuis 6 ans décrit le fonctionnement de l’École supérieure d'ingénieurs de Beyrouth (Liban) où il enseigne en 1975 - Un ancien prêtre, enseignant à l’école grecque orthodoxe de Beyrouth en 1975, raconte sa conversion à l’Islam depuis qu’il s’est réfugié au Liban il y a 8 ans - Un expert en coopération multilatérale pour les Nations Unies, enseignant de démographie à l’Université Libanaise de Beyrouth, explique le rôle de la langue française au Liban en 1975 - Entretien en 1975 avec l’adjoint du directeur à la Société pour l’industrie des métaux qui, grâce à 16 ans d’expérience professionnelle au sein du groupe Péchiney, définit le rôle des industries françaises implantées au Liban - Un Français expatrié depuis quelques semaines au Liban, évoque sa vie à Beyrouth en 1975 en tant que cadre de la Banque de l’Union européenne industrielle et financière - Une enseignante française d'informatique fait l'éloge en 1975 de l'école d'ingénieurs où elle travaille à Beyrouth (Liban) - L’histoire de la communauté française au Liban, racontée par un Français né en 1903, fondateur de l’Union des Français au Liban et avocat à la retraite en 1975 - Un enfant français, en classe de sixième au lycée franco-libanais de Beyrouth, s’exprime au sujet des différences entre les écoliers, en 1975 - Le censeur, membre du Syndicat national des enseignants de second degré, parle en 1975 de la vie politique et administrative du Lycée français de la Mission laïque de Beyrouth (Liban) - Une étudiante en sociologie à l'École supérieure des Lettres de Beyrouth de 22 ans, fait le récit en 1975 de sa vie d’expatriée - Un père jésuite, préhistorien et spécialiste de l’histoire de l’Islam, fait le récit de la présence de la Compagnie de Jésus au Liban jusqu'en 1975 - Un enseignant arabisant, parle en 1975 de son enseignement d’Histoire du Liban à l'École supérieure des lettres de Beyrouth (Liban) - En 1975, un ingénieur français employé par la multinationale étasunienne Ortis à Beyrouth (Liban), parle de ses rapports avec la communauté libanaise, professionnels et personnels, au regard de son expérience d’expatrié - Un conseiller pédagogique en mathématiques qui travaille depuis 2 ans à Beyrouth pour un attaché culturel dans le cadre de la coopération, décrit en 1975 son métier - En 1975, un Proviseur d’établissements de la Mission Laïque au Liban, expatrié depuis environ 20 ans, parle de ses rapports avec la communauté libanaise au regard de ses 15 ans d'expérience dans la profession - Un homme décrit en 1975 son expériences d’assistant pédagogique du département de la diffusion des établissements français à Beyrouth, et parle de l’enseignement du français au Liban - Entretien avec un couple d’enseignants, installés au Liban depuis 4 ans, dont l'homme est le Directeur de l'École Supérieure des Lettres de Beyrouth en 1975 - Un architecte d’origine belge parle de sa passion pour son métier et décrit son parcours professionnel au Liban de 1961 à 1975 - Le Directeur du Centre Culturel Français de Beyrouth en présente les différentes activités de 1973 à 1975 - L’épouse du directeur du bureau de l’ORTF en poste à Beyrouth raconte le parcours de sa famille de 1966 à 1975 et aborde les conflits socio-politiques libanais et le racisme de la société française - L’histoire de la présence française au Liban de 1919 à 1975, racontée par un professeur de droit à la retraite - Un enseignant parle de sa vie au Liban en 1975 et donne sa vision de la place et du rôle de la culture française dans le pays - Une employée de la mission culturelle à Beyrouth mariée à un Libanais parle de sa vie professionnelle et privée et donne sa vision de la culture et langue française au Liban en 1975 - Un couple universitaire de Français expose sa vision de la place et du rôle de la langue française au Liban en 1975 - Une fonctionnaire de l’ambassade de France à Beyrouth retrace sa vie professionnelle et privée de 1953 à 1975 - En 1975, l’ancienne directrice du Collège Protestant de Beyrouth de 1928 à 1965, raconte l’histoire de l’établissement - Un jeune Français parle de ses études au CREA : Centre de recherches et d’études arabes et s’exprime sur son expérience au Liban en 1975 - Arrivé au Liban en 1973, un homme parle de sa profession dans le secteur de l’industrie - Un enseignant en psychologie à l’Ecole supérieure des lettres de Beyrouth raconte son expérience professionnelle et expose sa vision du pays en 1975 - Un couple d’enseignants raconte son expérience personnelle et professionnelle au Liban de 1973 à 1975 - Un ingénieur parle de sa vie professionnelle au Liban en 1975Une étudiante française boursière au Centre de Recherches et d'Etudes Arabes parle de son expérience d’apprentissage au sein de l’établissement et donne sa vision socio-politique du Liban en 1975 - Un géographe enseignant à l’Université libanaise et à l’institut de géographie du Proche et Moyen Orient raconte son expérience professionnelle de 1958 à 1975 et livre sa perception des enjeux éducatifs du Liban - Un Dominicain enseignant et étudiant à l’Institut de Lettres Orientales à Beyrouth depuis 1969 fait le récit de son expérience jusqu’en 1975 sous l’angle de sa spiritualité et de sa passion pour les études arabes - Le directeur du centre culturel français de Saida parle de son activité et de la situation politique de début d’année 1975 au sud Liban - Un coopérant à l’ORTF dresse le portrait d’un Liban écartelé entre deux cultures et en proie à des mutations en 1975 - En 1975, un ancien militaire, enseignant au sein de la coopération technique à Beyrouth évoque sa carrière et sa vie au Liban depuis son arrivée en 1964 - Le directeur, jésuite et orientaliste, de l’Institut de Lettres Orientales de Beyrouth revient sur son parcours et sur les travaux menés au sein de l’institut de 1963 à 1975 - Un élève de quatrième au Lycée franco-libanais de Beyrouth s’exprime sur sa scolarité - Un coopérant technique à Damas s’exprime sur son expérience personnelle et professionnelle depuis son arrivée en 1974 - En poste à la mission archéologique française à Beyrouth, l’informatrice s’exprime sur les événements historiques du Liban de 1925 à la fin de la deuxième guerre mondiale et dresse le portrait de la communauté française dans le pays - Un couple de Français, maîtres de conférences en droit à l’université Saint-Joseph de Beyrouth raconte son parcours et son expérience au Liban de 1966 à 1975 - Une enseignante revient sur son parcours professionnel au Cours Pratique de Langue (CPL) à Beyrouth (Liban) et en raconte l’histoire de 1968 à 1975 - Un ingénieur du génie rural en mission à Beyrouth en 1975, parle de son expérience professionnelle et donne son point de vue sur les Français et la langue française au Liban - Une chercheuse en ethnologie s’exprime sur la méthodologie de l'enregistrement du corpus d’archives sonores « Les Français au Liban après 1945, une minorité allogène » réalisé en 1975 à Beyrouth (Liban) en collaboration avec son époux, Jean Métral, sociologue
Descriptions associées
Notes de publication
Trois billets rédigés par Delphine Gillain présentent ce corpus dans Les carnets de la phonothèque (consultés le 1er janvier 2017) : « Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales » (11 juillet 2016), https://phonotheque.hypotheses.org/19543 - « Portraits de Français expatriés à « Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral) » (5 août 2016), https://phonotheque.hypotheses.org/19778 - « Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives » (29 juillet 2016) https://phonotheque.hypotheses.org/19645

Descriptions associées

Note de publication

Trois billets rédigés par Delphine Gillain présentent ce corpus dans Les carnets de la phonothèque (consultés le 1er janvier 2017) : « Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales » (11 juillet 2016), https://phonotheque.hypotheses.org/19543 - « Portraits de Français expatriés à « Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral) » (5 août 2016), https://phonotheque.hypotheses.org/19778 - « Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives » (29 juillet 2016) https://phonotheque.hypotheses.org/19645

Zone des notes

Identifiant(s) alternatif(s)

Mots-clés

Mots-clés - Lieux

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

L'instrument de recherche a été élaboré suivant les recommandation de l'ouvrage Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Guide des bonnes pratiques.. Guide de bonne pratique pour l'analyse des documents sonores inédits. 2014, pp.82. <halshs-01065125> [En ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01065125/document

Statut

Ce corpus a été traité dans un premier temps par Delphine Gillain dans le cadre d'un stage de Master financé par l'IREMAM. Hélène Giudicissi (USR3125) ainsi que deux étudiants en master d'histoire, Inés Djerroud et Malo Pinatel, ont participé à L'analyse. Le catalogage rétrospectif de ce fonds au format EAD a pu être réalisé par Ariane Nérouidis grâce à un co-financement ABES-USR3125 attribué en 2016. Il est accessible sur CALAMES : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-201612191712417158

Niveau de détail

série organique

Dates de production, de révision, de suppression

Numérisation complète du fonds en 2013, début du traitement en 2016. En janvier 2017, le fonds sonore est entièrement numérisé et catalogué sur la base de données Ganoub et sur Calames. Un catalogue présentant les notices et leurs index a été publié .

Écriture(s)

Sources

Objet numérique (URI externe) zone des droits

Objet numérique (Référence) zone des droits

Objet numérique (Imagette) zone des droits

Zone des entrées